Attention à la communication des lots virtuels panachés

Source : prospectus Géant – juin 2020


En interdisant des réductions supérieures à 34 % sur les produits alimentaires, la loi Egalim a rendu impossible l’utilisation de la technique du « BOGOF ». Celle-ci était habituellement communiquée avec la mention « un acheté = un gratuit » (ou offert).
Cette mention impliquait l’offre gratuite d’un produit identique.
Les enseignes ont alors trouvé un moyen de contournement astucieux, à savoir l’offre d’un produit non identique. Ce qui a amené la DGCCRF à invalider cette pratique dans de nouvelles lignes directrices.
Mais rien n’interdit de continuer à utiliser cette accroche très impactante qui laisse supposer une offre de gratuité sur un deuxième produit de valeur identique.
Dans l’exemple ci-dessous (et aussi sur d’autres, notamment alimentaires), Géant offre en fait une réduction de 30 % sur la vente liée des deux produits.

un acheté, un offert

> Décryptage promotion

Cette accroche peut certes induire en erreur, surtout si elle concerne des produits d’une même marque (ce qui n’est pas le cas ici). En est-elle pour autant illégale ? A priori, non puisqu’elle est complétée de façon assez claire par les deux mentions « 1 acheté » et « 1 offert », bien attribuables sur chaque produit. Elle reste donc « loyale ».
On aurait aimé toutefois voir indiqué de manière plus lisible les prix des produits vendus seuls….

Vous aimerez aussi...