Un premier bilan d’application de la loi Egalim

Source : LSA 25 avril 2019 – Étude Nielsen


Une mise en place sans incidents

Les deux dispositifs principaux de la loi (hausse du SRP de 10 % et encadrement des promotions en valeur et volume) sont effectivement appliqués depuis le début d’année 2019, sans incidents particuliers à l’exception d’une petite période d’adaptation.

L’inflation crainte suite à la hausse du SRP a été globalement contenue (hausse de 0,1 %, non significative) mais a rabattu les cartes. Les marques nationales ont augmenté de 0,3 %, les MDD ont baissé de 0,3 %). On constate une inflation de tout de même 4,8 % sur le top 100 des marques nationales, mais qui diminue assez rapidement 1% sur la tranche 101 à 200. Avec une hausse sur l’épicerie et les liquides et une baisse sur le DPH. Les petites marques sont moins priorisées.
L’encadrement des promotions a eu des effets parallèles, avec notamment un transfert vers le DPH (+ 1,2 point) et les MDD.

Les mécaniques promotionnelles ont été chahutées avec l’apparition de nouveaux dispositifs (en général de cagnottage) tout en restant dans les clous de la loi. Rien pourtant de très spectaculaire et déterminant, mais de nouveaux dispositifs sont attendus à la rentrée prochaine.

Quant au ruissellement attendu en faveur des agriculteurs, il se laisse toujours attendre. La hausse du SRP apporterait environ 600 millions € aux enseignes. Les apports de l’encadrement des promotions sembleraient avoir été mieux réinvestis avec des péréquations.

Bilan de la loi Egalim

> Décryptage promotion

Rien de très spectaculaire donc ! au moins pour l’instant. Les programmes de fidélité/cagnottage ont souvent été étoffés mais vraiment à la marge. On attends donc l’équivalent du Ticket Leclerc du temps de la loi Galland. Un certain nombre de juristes ont bien pointé certaines fragilités de la loi vis à vis de la législation européenne. Mais les enseignes semblent pour l’instant très disciplinées.

Personnellement, nous avions dans notre newsletter de février-mars évoqué d’assez nombreuses possibilités d’adaptation autorisées par le nouveau cadre. Nous n’en voyons pratiquement aucune exploitation ….

Les marques, de leur côté, semblent plutôt se satisfaire de l’encadrement qui donne un coup d’arrêt à la destruction de valeur. Ce peut-être une bonne occasion d’allouer des moyens supplémentaires au digital. Et aussi à des opérations promotionnelles imaginatives qui redonnent du sens aux marques.


Vous aimerez aussi...