Un lot virtuel BOGOF panaché


Apparemment, c’est un bon vieux BOGOF (« Buy One, Get One Free »). Pour l’achat d’une bouteille de rosé, vous est offerte une bouteille de rouge de la même marque et du même prix.
Pourtant LE BOGOF est maintenant interdit sur les produits alimentaires …

BOGOF 2 variétés de produits

> Décryptage promotion

Mais cette opération est parfaitement autorisée dans la mesure où les deux produits ne sont pas identiques. Il ne s’agit donc pas d’une réduction de prix mais d’une prime, non soumise à la nouvelle réglementation. Et aussi non soumise depuis l’application de la directive PCD à une limitation de valeur.

Un peu tiré par les cheveux ? Un contournement plutôt risqué de la loi ? Pas vraiment. Les lignes directrices de la DGCCRF ont bien prévu ce cas et sont particulièrement explicites.
La DGCCRF précise ainsi que n’est pas concernée : « l’offre d’un produit différent, y compris alimentaire, pour un ou plusieurs produits identiques achetés (vente avec prime) ».
On peut donc imaginer beaucoup d’opérations exploitant cette possibilité permettant ainsi de réintroduire des offres très attractives. Avec en outre une dimension stratégique, notamment la promotion de nouvelles variétés du même produit.

Mais attention aux choix des variétés qui doivent rester adaptées à la consommation du shopper. On sait que les lots panachés fonctionnent assez souvent mal. Veiller aussi à la clarté de l’offre qui doit éviter les formulations du BOGOF interprétables comme des réductions. Ne pas utiliser donc « un acheté, un gratuit » ou encore le prix à l’unité (ici 2 € au lieu de 4 €)

Vous aimerez aussi...